CAMEROUN / BAFOUSSAM : DEUXIÈME VIE DES PNEUS USÉS

0
100
Spread the love

Les pneus usés sont une source de rentrée financière à Bafoussam. Une fois usés et retirés des engins à quatre ou à deux-roues, ces pneus de seconde main sont récupérés et recyclés. Ces caoutchoucs subissent une transformation totale jusqu’à l’obtention de Tapis pour voitures, des sandales et des pièces pour machines. Ces objets sont alors commercialisés. C’est de l’or noir pour techniciens astucieux.


Les Pneus usés, une mine d’or à Bafoussam. La capitale régionale de l’ouest Cameroun est réputée pour son recyclage des roues de voitures et engins. La ville des spécialistes de cette activité informelle rentable.

Parmi ces ingénieurs des pneus usés, Roger KENGNE. Un doyen dans ce secteur depuis juillet 1966. 54 ans déjà que ce septuagénaire manie astucieusement son coutelas, pour donner une deuxième vie à leur précieux caoutchouc.  » C’est un bon travail, parce que ça m’occupe depuis 1966. Je suis dans ça et ça donne. Avant, on ne faisait que les chaussures qu’on appelle TCHIANTCHOUS. On prenait les chambres à air pour mettre sur les caleçons. Aujourd’hui, nous avons transformé ça en plusieurs choses. » Le doyen Roger, KENGNE, s’en réjouit.

Ces gommes noires rigides constituent une bonne matière pour la fabrication des sandales, des tapis pour véhicules, des pièces pour machines et des cordes solides résistantes. Les populations raffolent de ces produits uniques et particuliers vendus à vil prix.

Une paire de sandales coûte environ 200 cent francs cfa, idem pour un tapis pour voiture ou une pièce de rechange pour une machine. Les rouages de cette activité de recyclage n’ont plus de secret pour Fabrice Tabou. Le jeune est dans ce petit métier depuis 9 ans. Il en tire l’essentiel pour vivre.  » Je suis tout de même tranquille dans cette activité. Je jongle dans ça pour m’en sortir et nourrir ma famille. Ca me permet au moins de ne pas rester au quartier. Ce n’est pas un travail facile. Il faut avoir confiance en soit pour faire ce petit métier. » Soutient le jeune. De l’or noir qui constitue un bon filon pour ces artisans doués.

NDEDI LYDIENNE

close

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here