Cameroun : Election législative partielle du 22 mars 2020 : L’ultime réglage en pleine psychose du Coronavirus.

0
175
Spread the love

La 1ère session de plein droit du conseil électoral d’ELECAM s’est ouverte mardi dernier dans la salle de conférence de l’immeuble siège à Yaoundé, sous la houlette de son président, Enow Abrams Egbe.

Ces assises vont permettre aux membres du conseil électoral de non seulement procéder aux ultimes réglages pour rester dans les délais mais aussi et surtout de mettre un accent particulier sur les défis sécuritaires, compte tenu du climat délétère qui prévaut dans ces deux régions quant à la sécurité des uns et des autres avant, pendant et après le scrutin du dimanche 22 Mars prochain.
A l’ouverture des travaux, une minute de silence a été observée en mémoire du président national de l’union démocratique du Cameroun, Adamou Ndam Njoya décédé le 6 mars dernier. « Ce sont les démocrates qui font les démocraties, c’est le citoyen qui fait la république » ainsi s’exprimait Georges BRENANOS. Nous rendons hommage à un fervent défenseur de la démocratie que le pays n’oubliera pas l’empreinte depuis les années 1990 avec le retour au multipartisme. » relève le président du conseil électoral.

Suite à l’annulation partielle des élections législatives dans certaines circonscriptions par le conseil constitutionnel suivie par la convocation par le chef de l’état du corps électoral pour le 22 Mars prochain, la campagne électorale pour les 06 partis politiques en compétition a effectivement débuté depuis le 07 Mars dernier dans les 11 circonscriptions électorales concernées. Il s’agit notamment des circonscriptions de Menchum-nord, Bui-ouest, Mezam sud, Bui-centre, Bui-sud, Mezam-centre, Momo –est, Menchum-sud, Momo-ouest, et Mezam-nord dans la région du Nord-ouest d’une part et le Lebialem dans le Sud-ouest d’autre part. Les 06 partis politiques engagées dans ces circonscriptions vont user de tous les stratagèmes pour convaincre les électeurs. Ces rivalités qui résultent d’une légitimité certaine, vont permettre aux différents protagonistes de présenter et de défendre leurs projets de société susceptibles d’apporter une plus-value à la qualité de vie de ces populations.
« C’est avec une grande satisfaction que la mission d’évaluation pré-scrutin effectuée dans les deux régions a noter que le matériel et documents électoraux éraient déjà acheminés. Une occasion de saluer et de remercier le directeur général des élections, Erik Essousse et toute son équipe pour l’anticipation managériale et le professionnalisme démontrés tout au long du processus. » exprime Enow Abrams Egbe.
Le président du conseil électoral manifeste en outre « son entière satisfaction pour l’implication permanente des uns et des autres dans la mise en œuvre du processus électoral et le chemin parcouru jusque-là sans oublier la maturité du peuple camerounais qui a su faire preuve de patriotisme face aux aléas de toute sorte pour sauver le processus. »

Pour lui, « l’élection du 22 Mars prochain reste un défi majeur à relever et qui viendra mettre un terme au processus en cours et consacrer l’avènement de la nouvelle législature. Ainsi chacun à son niveau en ce qui le concerne devra jouer sa partition afin de nous permettre de réussir ce pari avec l’histoire car l’intérêt supérieur de la nation toute entière en dépend. Chaque camerounais doit faire ce sursaut patriotique empreinte de sagesse et de civisme afin de préserver des acquis chers à notre pays car c’est une chose rare de voir la reprise du scrutin en plus dans un contexte particulier. »

L’enjeu de ce scrutin partiel porte sur les 13 sièges restants à l’assemblée nationale.

Clément NOUMSI

close

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here