CAMEROUN : LE NKUI, UNE SAUCE GLUANTE PLEINE DE VALEURS À L’OUEST

0
224

Le Nkui est un plat traditionnel très connu chez les peuples Bamiléké. Il est préparé spécialement pour les femmes venant de donner naissance en raison du nettoyage de l’intérieur du ventre et pour celles qui sont presqu’à terme pour faciliter, la sortie du bébé.

Sauce faite à base de tiges de Triumfette pentandra, le Nkui est le plat principal chez les peuples de Grassfields. Lorsqu’une femme vient de mettre au monde un bébé, c’est le premier repas qu’elle va consommer pour le lavage intérieur. Cette consommation doit être faite pendant trente jours et nourries par une autre personne spécialement choisie. Cette sauce s’accompagne avec du couscous de maïs et des légumes sautés. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la phytothérapie est le traitement par les plantes, c’est-à-dire la consommation ou l’utilisation en voie externe, de produits préparés à partir de plantes, sans passer par une étape de sélection des molécules. Le nkui en fait partie.  

Il se dit du Nkui qu’il rend le sein de la maman abondant et qu’il facilite son écoulement. Ce plat est traditionnellement réputé pour ses effets sur la digestion (laxatif). Il permettrait aussi de stimuler l’appétit, de stimuler la galactorrhée, et aussi de traiter le paludisme et les coliques.

Il est préparé à l’occasion de la naissance d’un bébé et servi à la mère du fait de sa valeur énergétique élevée. Il est aussi utilisé dans l’alimentation infantile et dans celle des enfants en bas âge encore incapables d’absorber des féculents grossiers. Ce plat est servi aux parents lors de la cérémonie de « Voir Bébé ».

Le « Nkui » est une sauce gluante obtenue par trituration dans l’eau de l’écorce de la plante du même nom. Pendant sa préparation, le Nkui est assaisonné avec douze condiments locaux : Ngachu’u, Lepka’ah, Diepse’eh, Zehfe, l’écorce du lep, Susieu, les fruits du lep, etc.

Le « Nkui » est aussi utilisé par la médecine traditionnelle au Congo pour stabiliser la tension artérielle ainsi qu’en médecine vétérinaire au Burundi. Les copeaux de racines fraîches appliqués sur les plaies et les petites blessures servent d’analgésiques et d’anti-inflammatoires. La feuille broyée s’applique quant à elle en emplâtres pour le traitement des goitres et des difformités

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here