Cameroun / BADJENGO : une mère assassine et cuisine ses propres enfants

0
120
Spread the love

C’est une scène effroyable qui s’est déroulée ce mardi 15 septembre 2020 au village Badjengo dans le Nord Cameroun Département de la Bénoué, dans la commune de Pitoa. Une maman qui fait de ses enfants une soupe.


Démembrés et boucanés, les enfants de cette jeune femme nommée SALAMATOU âgée de 25 ans, sont passés des êtres humains aux gibiers. Un scénario effroyable qui se déroule dans la localité de Badjengo où deux fillettes âgées respectivement de 3 ans et 6 mois sont introuvables depuis quelques heures. Malgré les interrogations et inquiétudes de sa coépouse, leur mère reste muette. « Hier après la prière, je constate un calme absolu à la maison. Inquiète, je demande à la maman où sont ses enfants. Mais elle ne m’a pas répondu. La nuit tomba et les enfants ne sont toujours pas rentrés. J’ai informé notre époux de la situation. Nous sommes allés chercher les enfants. Malheureusement, on ne les a pas trouvés. Nous continuons les recherches le lendemain, mais toujours rien ! C’est alors que nous sommes entrés dans sa chambre et on a trouvé les enfants fumés dans la marmite. » Nous relate ASTA la coépouse de l’accusée.

SALAMATOU, bien battue par la foule, garde le silence face aux multiples interrogations des forces de l’ordre contactées par son mari. Un film d’horreur qui laisse toute la famille et le voisinage en larme. La gendarmerie quant à elle, continue ses enquêtes afin de comprendre le mobil de cette scabreuse affaire. ACHE KATCHOU, commandant de brigade de gendarmerie territoriale de Pitoa, affirme : « Immédiatement informés, nous nous sommes déployés sur le lieu du crime et on a trouvé les corps dans la marmite. » Pour le voisinage, SALAMATOU ne peut être qu’une sorcière pour poser un tel acte. « On doit aussi la tuer ! Une mère qui tue ses propres enfants vraiment, elle est sans cœur, c’est un monstre », laisse t-on entendre dans la foule. Pourquoi avoir cuisiné ses propres enfants ? Question à multiples équations.

Agnès DAITIKAO

close

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here