CAMEROUN : LA POLIOMYÉLITE REFAIT PARLER D’ELLE DANS LA VILLE DE YAOUNDÉ

0
120

Le ministre de la Santé Publique MANAOUDA Malachie a annoncé dans un communiqué rendu public le 22 février 2021, d’effectuer des campagnes de vaccination dans les zones à risque.

En pleine pandémie de Covid-19, la poliomyélite resurgit après quelques années d’absence. La ville de Yaoundé est à présent la plus touchée. L’information a été confirmée le 22 février 2021 par le ministre de la Santé Publique, Malachie MANAOUDA.

Le MINSANTE, dans son communiqué  signale que «cette épidémie fait suite à la détection de deux cas de poliovirus de type 2 dans des prélèvements environnementaux dans le quartier de la Cité Verte, région du Centre. Cette situation constitue une urgence de la santé publique, considérant que le risque de propagation du virus est élevé».

Le gouvernement, à travers le ministre de la Santé Publique, a d’ores et déjà pris les mesures appropriées, spécialement celles d’une étude profonde, une sensibilisation déployée des communautés et la planification des activités de vaccination dans les zones à risque. C’est dans le but, poursuit le MINSANTE, « de stopper dans les plus brefs délais la transmission du virus de la poliomyélite dans la ville de Yaoundé et sur toute l’étendue du territoire national».

 Le ministre de la Santé en somme, interpelle tous à soutenir les efforts engagés avec l’appui des partenaires au développement et «invite vivement les populations à adhérer aux activités de vaccination. Il appelle en outre au respect strict des règles d’hygiène de base et du calendrier de vaccination des enfants dans les formations sanitaires du pays», peut-on lire.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le 20 juin 2020, avait pourtant déclaré le Cameroun, pays libre de poliomyélite après qu’aucun cas de la maladie n’a été détecté depuis plus de cinq ans dans le pays. «N’ayant détecté aucun cas de poliovirus sauvage depuis plus de cinq ans, le Cameroun a démontré avec succès la performance de son système de surveillance épidémiologique, illustré les indicateurs majeurs au-dessus des standards requis pour la polio», avait indiqué le Bureau de l’OMS au Cameroun dans un communiqué.

Malencontreusement, après huit mois, l’épidémie de poliomyélite refait parler d’elle.  La découverte d’un cas a constitué, selon le gouvernement, « une urgence de santé publique ». Le ministère a annoncé avoir pris « les mesures qui s’imposent », dont « l’organisation d’une campagne de vaccination de riposte ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here