Cameroun / Permis de conduire: Gare aux arnaqueurs!

0
200

Obtenir un permis de conduire au Cameroun, est parfois éprouvant. C’est davantage corsé avec les moniteurs malhonnêtes qui pilulent le milieu. Dans la région du Centre, le phénomène est accru. Victimes et syndicats sortent de leurs réserves.


Une campagne de sensibilisation des auto-écoles sur l’insuffisance des cours aux apprenants a été lancée mardi 11 août 2020 au quartier Essos à Yaoundé. Occasion idoine de tabler sur la formation adéquate pour l’obtention des permis de conduire. Une activité pestée d’arnaques et de vols. Dans la région du Centre, la chasse aux filous s’intensifie. En tête de ligne, Maurice Bertin KAMDEM, président par intérim de la lutte contre la formation au rabais pour le Centre. « Nous nous sommes rendu compte d’un fait, l’arrêté 183 fixant le nombre d’heures de cours à 40 heures pour les cours théoriques et 20 heures de cours pratiques n’était pas respectées par certains exploitants d’auto-écoles. Ces derniers proposent les formations au rabais à 40.000 francs et ne respectent pas cet arrêté. Voyez-vous sur 3.000 candidats présentés à l’examen, vous avez 1.200 candidats recalés pour un taux de 60% seulement de réussite. Ce qui montre qu’ils ont reçu une formation au rabais (bâclée). Car, si ces auto-écoles avaient respecté un minimum de critères, ça ne serait pas le cas. Nous avons ainsi décidé de saisir le taureau par les cornes. Primo pour protéger notre secteur d’activité, secundo pour protéger les Camerounais contre l’arnaque. Voici bientôt deux ans que nous sensibilisons et nous avons intenté une action en justice contre les brebis galeuses et nous suivons la procédure. En attendant le verdict, nous faisons des descentes sur le terrain pour combattre les éléments véreux.  Nous avons un vœu, celui de voir notre ministère de tutelle contrôler la véracité de la formation sur le terrain à travers ses démembrements pour un suivi à partir du fichier central sur les 60 heures obligatoires avant de se présenter aux examens. Nous exhortons la tutelle de nous accompagner dans ce combat afin d’assainir le secteur des exploitants d’auto-écoles.» a t-il martelé.

Ces auto-écoles adeptes du faux sont mis en garde. Le ministère des transports est appelé en renfort.

Clément NOUMSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here