Cameroun : une pièce d’argent contre une vie, la gendarmerie nationale est en deuil

0
223
Spread the love

Un agent de la gendarmerie tabassé à mort par les agents de voyage Finexs (Douala) pour une histoire de 100 FCFA, ce jeudi, 23 juillet 2020. La video de ce drame, devenue virale dans les réseaux sociaux, alimente de manière houleuse, les débats à Douala, la cité capitale économique et sur l’ensemble du territoire camerounais.


Le Maréchal des logis Armel LIPEMBE en service à Douala a été assassiné au petit matin du jeudi dans une agence de voyage alors qu’il attendait l’heure de départ de son Bus pour Yaoundé. Le gendarme et son collègue après avoir acheté leurs tickets, ont été pris part une envie pressante d’uriner. Ils sont allés se soulager d’un pas pressant, dans les toilettes payantes de l’agence Finex. Dès leur sortie des latrines, les deux voyageurs n’avaient pas de pièces sur eux pour régler chacun, la somme de 100 FCFA que leur réclamait le Vigile posté à l’entrée des WC. Faute de petite monnaie, ils ont demandé au gardien de ladite agence de patienter afin qu’ils aillent changer leur billet de 1000 fcfa contre des pièces de monnaie. Ils ont essuyé un refus catégorique de la part du vigile. Ce refus a déclenché une vive bagarre au cours de laquelle les deux hommes des forces de l’ordre ont été sauvagement tabassés par le même veilleur de nuit qui avait fait appel à ses collègues de l’agence.

D’après la vidéo extraite de la camera de surveillance, l’un des gendarmes, le Maréchal des logis Armel LIPEMBE en occurrence, a succombé aux coups et blessures. Son corps a été placé à la morgue de l’hôpital de la Garnison Militaire de Bonanjo. Son collaborateur lui, est admis sous soins intensifs dans le même centre hospitalier et lutte pour sa vie.

Les deux officiers revenaient d’une mission à Buéa dans le Sud-Ouest du Cameroun. Ils s’apprêtaient à rallier Yaoundé via cette agence de voyage où ils ont connu cet incident fatal.

Leurs bourreaux notamment le vigile et deux des assaillants, ainsi que le chef d’agence, sont actuellement en détention.

Agnès DAITIKAO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here