Coupure d’électricité : Une autre « pandémie » qui menace Yaoundé

0
185

Il est incompréhensible qu’en plus de s’atteler à respecter autant que possible les règles sanitaires pour lutter contre le Coronavirus, les populations doivent en plus subir les coupures intempestives d’ENEO (l’entreprise en charge de l’électricité au Cameroun).

Depuis une semaine déjà, plus de la moitié de la ville de Yaoundé est obligée de vivre au rythme des délestages. De Nkolbisson, à la cité verte, en passant par Mokolo, Elig-Effa, polytechnique, etc., les délestages sont devenus la règle. Et la présence du courant électrique une exception.

Dans les ménages, c’est un calvaire. Il n’est plus envisageable de faire des provisions (poisson ou de la viande) en grande quantité, encore moins les légumes et espérer pouvoir les conserver au frigo ou au congélateur.

Les enfants en classe d’examen et les étudiants qui ont repris les cours lundi dernier, ont des difficultés pour réviser et faire leurs devoirs. Utiliser des bougies est devenu le quotidien de certains. Combien de familles sont capables de s’offrir un groupe électrogène et d’y mettre du carburant au jour le jour ? Etant donné que c’est au quotidien qu’il faut faire face à la privation de l’électricité.

Mais où va l’argent des factures payées à la fin de chaque mois par les ménages ?

C’est la question que se pose le Camerounais lambda qui, sur sept jours, n’utilise le courant électrique que pendant trois jours, voire moins. Comment comprendre qu’ENEO ne soit pas en mesure de prévoir ces pannes afin de prendre les dispositions nécessaires ? Comment justifier  les factures faramineuses qui sont servies à la fin de chaque mois, et qui ne reflètent jamais la réalité de ce qu’utilisent les ménages ? Que dire des appareils électriques et autres qui tombent en panne à cause de l’interruption ou retour brusque de l’énergie électrique ?

En tout cas, au sein de la population, des voix s’élèvent pour dénoncer cette situation.

À quand le retour à la normale ?

Du côté d’Eneo c’est le silence total. Sa dernière sortie date du mois de mai quand il avait annoncé quelques travaux de remplacement de transformateurs qui alimentent l’essentiel de la ville siège des institutions de la République pendant tout un week-end.

D.N

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here