FÊTE DE FIN DU JEÛNE DU RAMADAN 2020 AU CAMEROUN

0
81
Spread the love

Après 30 jours de jeûne, la communauté musulmane du Cameroun s’est jointe à celle du monde entier pour célébrer la nuit de la révélation du Saint Coran au prophète Mohamet.

Le jeûne du mois de Ramadan constitue l’un des cinq piliers de l’Islam (la profession de foi, la prière, l’aumône, le jeune du mois de Ramadan et le pèlerinage à la Mecque).  Ces  piliers de l’Islam sont les devoirs pour tout musulman. Les plus notables et les plus respectés sont au nombre de cinq malgré qu’ils ne sont pas explicitement soulignés dans le Coran comme le sont les Dix Commandements dans la Bible, mais rapportés dans un Hadith prophétique.

L’islam est bâti sur ces cinq piliers rapporté par Al-Boukhari et Muslim Durant ce mois, les croyants musulmans ayant l’âge requis selon les courants de l’islam ne doivent pas manger; boire, fumer, ni entretenir de rapport sexuel de l’aube au coucher du soleil. Le Ramadan est considéré comme le mois de la charité car, lorsqu’il s’achève, le fidèle doit s’acquitter d’une aumône, la zakât ai-fitr. Cette aumône doit être distribuée aux pauvres dans les dernières 48 heures (2 jours) du mois du jeûne, ou au plus tard avant le départ pour la prière le jour de la fête. Cependant, les fidèles qui n’ont pas pu le faire peuvent encore se rattraper après la prière mais le gain en terme de grâce ne sera plus le même.

À quoi sert la Zakât ai-fitr?

Le rôle de cette aumône est de purifier les imperfections du fidèle durant la période de jeûne de part sa nature pécheresse. La pandémie du Coronavirus a eu un impact sur la célébration de la fête en elle-même avec très peu de rassemblements.  Les fidèles étaient appelés à prier en famille à domicile afin d’éviter au maximum les effets de masse. Ceci n’a pas pour autant découragé de nombreux fidèles qui ont tenu à se rendre dans les mosquées ou lieux de prière dans leur plus beaux vêtements. Les textes du jour du Saint Coran étaient choisis pour les courtes prières.

Après la prière à la mosquée, le chef de communauté de Ngousso Ahladji MOUSSA a réuni chez lui, l’Imam et les  notables afin de rappeler à tous  l’importance à observer les mesures barrières et d’hygiène pour le bien des familles.  Selon le principe, ceux qui n’ont pu rendre visite aux familles ont eu le lundi et mardi pour se rattraper tel que le veut les us et coutumes en l’Islam, Barka da Sallah et Moubarak Ramadan.

Ainsi a démarré lundi dernier le cycle de 70 jours pour la célébration de la fête du sacrifice (fête de la Tabaski ou fête du mouton) qui vient rappeler aux fidèles la confiance à toute épreuve que le prophète Ibrahim (Abraham) a eu envers Allah au point d’offrir son fils unique en sacrifice au Dieu Créateur de l’Univers.

Clément NOUMSI

close

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here