fbpx
24.2 C
New York
jeudi, septembre 23, 2021
spot_img

GESTION DES FONDS COVID-19 : LES RESPONSABLES DES FORMATIONS SANITAIRES SOUPҪONNÉS DE MALVERSATIONS FINANCIÈRES

C’est dans le but de faire la lumière sur la dénonciation des actes de détournement de fonds publics et de corruption présumés contre ces responsables, qu’une mission d’un Minsanté a été dépêchée sur le terrain.


Le Contrôle supérieur de l’État enquête depuis quelques mois sur des malversations présumées dans la gestion des fonds dédiés à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Suite à une demande d’informations qu’il a adressée au ministère de la Santé publique (Minsanté), MANAOUDA Malachie a dépêché une équipe dans les hôpitaux concernés.

Ainsi, une mission d’investigation s’effectue à la délégation régionale du Minsanté du Centre et dans les districts de santé et hôpitaux d’Ayos, d’Akonolinga, de Bafia, d’Efoulan, de Mfou et d’Olembé, du 26 juillet au 6 août 2021. Il s’agit pour cette mission « de faire la lumière sur la dénonciation des actes de détournement de fonds publics et de corruption présumés contre les responsables » de ces structures.

À travers diverses correspondances datées du 21 juillet, le ministre de la Santé invite tous les responsables de ces formations sanitaires et de la délégation régionale « à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le bon déroulement de cette mission ». Dans son classement des administrations publiques les plus visées par les accusations de corruption des usagers rendu public en décembre 2020, le Minsanté apparait au 9ème rang.

Il faut dire que suite à la recrudescence des plaintes des usagers, MANAOUDA Malachie a annoncé, il y a quelques mois, la mise en place d’un numéro vert (1506) dédié à la dénonciation des abus dont les usagers sont victimes dans les formations sanitaires comme le rançonnement, la vente illicite des médicaments ou le détournement des patients des hôpitaux publics vers des cliniques privées, etc. On se souvient par ailleurs, que le 8 avril dernier, Le Minsanté a sanctionné certains collaborateurs pour une durée de trois mois « pour des faits de corruption et de rançonnement des usagers du service public ».

Ceci pourrait vous interessé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Restez Connecter

2,593FansLike
58FollowersFollow
9FollowersFollow
0FollowersFollow
918FollowersFollow
SubscribersSubscribe

Derniers Articles

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir tous nos prochains articles en exclusivité dans votre boîte e-mail