Ligue de Football Professionnel du Cameroun : Qui pour sauver le soldat Pierre ?

0
81

Les clubs de football professionnels du Cameroun (Elite one & two) auront tenu ferme cette fois-ci! C’est la lecture plausible qui découle de l’assemblée générale extraordinaire convoquée par l’Association des Clubs d’Élite du Cameroun (ACEC), tenue jeudi 29 octobre 2020 au Centre d’excellence de la CAF sis à Mbankomo.


Présidée par Nkou Mvondo, président de Ngaoundéré FC, cette assemblée générale extraordinaire a débuté par les modalités sur la régularité en procédant à la lecture du récépissé délivré le 16 octobre dernier par le sous-préfet à Franck HAPPI, président de l’Union de Douala et par ailleurs président de l’ACEC. S’en est suivi la vérification du quorum 18 clubs sur 35 au pire des cas, dont une majorité de 51,28%.

Ceux-ci ont décidé à l’unanimité un vote sanction entrainant la dissolution de la Ligue de football professionnelle au motif du non respect des dispositions statutaires et aux résolutions de l’assemblée général de la FECAFOOT qui avait instruit une A.G.O pour combler les effectifs du conseil d’administration et arrêter de commun accord avec ses  membres le règlement devant régir la saison sportive 2020/2021 afin d’éviter les travers des années antérieures.

Malgré les instructions de la FECAFOOT et l’ultimatum des clubs d’élite dans leur majorité (21 signataires sur 35 après le désistement d’OFTA de Kribi), le président général Pierre SEMENGUE est resté campé sur ses positions, ce qui a conduit au clash. En dépit de toutes les tentatives d’apaisement et d’appels au bon sens, les uns et les autres n’ont fait beaucoup de concessions pour trouver une issue favorable à cette situation afin que nos enfants retrouvent le chemin des stades.

Survivra-t-il à cette énième situation?

Seul le temps nous le dira car cet homme aura vu des vertes et des pas mûrs tout au long de sa vie. Au devant des troupes pour pacifier le pays à l’aune des indépendances, il aura encore été au cœur de l’action afin d’éviter le renversement des Institutions de la République dans les années 80. L’homme providentiel, choisi en 2011 pour asseoir la ligue sur ses fonds baptismaux, est obligé de se rendre à l’évidence que tous les combats n’ont pas toujours une fin heureuse. C’est le moins que l’on puisse dire au regard des derniers évènements.

Nostalgie quand tu nous tiens !

Une chose est sûre, pour ce soldat de haut rang mieux que quiconque, d’ailleurs il le sait trop bien, on ne sort pas idem d’un combat. On donne et on en prend très souvent des coups, qui pour certains, on n’en se remettra jamais. De jure, la FECAFOOT prendra les décisions qui s’imposent car nous avons besoin d’au moins deux mois de compétition dans les jambes avant le début du CHAN de Janvier 2021 pour permettre aux poulains du coach des A’ d’être à jour. De facto, les clubs d’élite ont balisé le chemin pour l’instance de TSINGA qui a appliqué la sentence du TAS (Tribunal Arbitral du Sport) malgré elle, et se frotte bien les mains pour ce retour d’ascenseur.

Clément NOUMSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here