26ème édition de la journée mondiale de la famille : le Ministre de la promotion de la femme et de la famille loue la résilience des familles camerounaises en cette période de pandémie du Covid-19

0
16
Spread the love

Placée sous le thème « les familles camerounaises face aux situations de crise : enjeux et défis », le Cameroun s’est joint à la communauté internationale pour la célébration de la 26ème journée mondiale de la famille malgré la psychose créée par la pandémie du coronavirus.

La salle de conférence de la délégation régionale du centre du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) a servi de cadre au point de presse donné le vendredi 15 Mai 2020 par Mme Marie Thérèse Abena Ondoa née Obama, ministre en charge de ce département au Cameroun. Elle a salué la résilience des familles camerounaises face aux multiples maux qui minent leur existence. Au-delà des facteurs endogènes liés à l’existence même de la famille, il faut noter les facteurs exogènes qui accroissent la pression du fait de leur survenance comme les exactions à l’Est dues à la guerre civile dans le pays voisin, les troubles perpétrés par la secte Boko Haram dans l’extrême-nord, le mouvement des groupes séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NoSo), sans oublier les facteurs naturels comme les changements climatiques et les problèmes environnementaux. Le contexte de commémoration de la 26ème édition de la journée internationale de la famille est fortement marqué par l’apparition de la pandémie du Covid-19, avec la perte des milliers de vies humaines à travers le monde. Cette pandémie qui décime les vies des membres de famille, n’épargne malheureusement pas le Cameroun qui voit chaque jour, le nombre de malades atteint du coronavirus augmenter sans considération de classe sociale, d’appartenance à une tribu, à une chapelle politique ou religieuse. Cette situation de crise sanitaire a d’ailleurs amené le gouvernement à prendre des mesures barrières pour la limitation de la propagation du virus dans les communautés. On peut citer entre autre, la distanciation sociale, le confinement partiel, la fermeture des établissements de tous les ordres d’enseignements, le respect strict des mesures d’hygiène, le port obligatoire des masques, etc. Ces mesures impactent sur les catégories sociales vulnérables, de même qu’elles viennent perturber l’organisation et le fonctionnement classique des familles habituées  au rapprochement, contacts humains pour des évènements heureux et malheureux regroupant leurs membres.

Commémorée au Cameroun depuis 1994, cette journée donne l’opportunité de réfléchir sur les sujets permettant d’appréhender la globalité de la famille afin de mieux préciser sa place et son apport dans l’évolution des sociétés. En effet, pour contribuer à la socialisation de ses membres, leur éducation et leur suivi, la famille s’appuie sur ses codes, ses modèles, ses normes et ses valeurs. Elle leur donne ainsi une orientation socioculturelle et leur inculque un style de comportement spécifique qui, généralement, est le style familial. Bref elle marque leur comportement  du sceau familial et en tant que première instance de socialisation de ses membres, elle pose les fondements de leur personnalité.

« La présente commémoration m’offre l’opportunité d’exhorter les communautés, les familles, les parents et les enfants à l’application stricte des prescriptions gouvernementales. Je saisis cette tribune pour adresser mes sincères condoléances aux familles endeuillées, et mes encouragements au personnel soignant ainsi qu’aux membres de leur famille. Aux malades atteints du Covid-19, je souhaite un prompt rétablissement. Le nouveau coronavirus est une réalité. Prenons-en conscience et engageons résolument aux respects des gestes barrières, car la prévention reste l’arme la plus efficace pour lutter contre sa propagation. C’est la responsabilité de tous et de chacun. Par nos actes, attitudes et comportements, préservons nos vies, celles de nos proches et celles des autres.» dixit Mme le ministre Marie Thérèse Abena Ondoa.

Clément NOUMSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here