CAMEROUN : CÉLESTINE KETCHA COURTES MENACE DE RÉSILIER LE CONTRAT DE PLUSIEURS ENTREPRISES A L’OUEST !

0
1040
Spread the love

LE MINISTRE DE L’HABITAT ET DU DÉVELOPPEMENT URBAIN N’EST PAS SATISFAITE DU TAUX D’AVANCEMENT DES TRAVAUX A 4 MOIS DU CHAMPIONNAT AFRICAIN DES NATIONS.

Pendant 2 jours, le MINHDU a visité les chantiers prioritaires liés au projet CAN ainsi que les travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures de voirie et de drainage dans le cadre du programme C2D URBAIN « capitales Régionales » LOT n° 1 : Bafoussam.

Il ressort de cette tournée que le taux global des travaux s’évalue à 36 % avec un taux de consommation des délais largement dépassé. Un état critique selon madame le ministre qui menace de résilier les contrats de certaines entreprises : « En février lors de mon passage, vous (ETT) m’avez déclarez qu’il y’aura amélioration et nous voici en fin juillet, vous êtes au même niveau. Il vous faut un engagement écrit pour que les conséquences suivent si rien n’est fait. Vous allez vers la résilience ». Tout comme l’Entreprise ETT, Super confort a également reçu sa deuxième mise en demeure et a été appelée à coucher sur un papier son engagement.

Si quelques rares entreprises se battent pour sortir la tête de l’eau, notamment RAZEL, BOFAS et ROUT D’AFF, on note tout de même que l’épineux problème des Entreprises reste le financement. Les doléances sont ainsi adressées au ministre dans l’espoir de voir ce problème réglé : « Il y’a des capacités de financement que nous ne pouvons supporter. Du 16 janvier 2019 au 27 juin 2019, nous avons consommé 5 milliards de FCFA et n’avons reçu que 1,5 milliard jusqu’ici. Nous avons fait l’effort et continuons à le faire mais nous demandons la prolongation des délais et comptons sur votre aide pour le paiement des décomptes. » Une situation que relève l’entreprise ESER chargé de la voie de contournement du tronçon Bandjoun Tobe –Stade Omnisport. Situation similaire pour l’entreprise Super Confort et CEMEC pour les emprises du terrain en ce qui concerne la voie secondaire et plusieurs autres.

LA MINHDU DEPLORE L’INERTIE DE CERTAINS MAIRES DE LA MIFI POUR UNE VILLE ACCUEILLANTE

En marge des gros chantiers de la ville, le MINHDU Célestine KETCHA COURTES a interpellé les élus locaux sur le côté esthétique de la ville. De son expérience de maire, le MINHDU relève qu’il y a un manque de volonté des maires de la Mifi : « J’ai parcouru la ville de Bafoussam et je suis déçu par les maires. On dirait qu’ils ne savent ni balayer, ni curer les caniveaux. Si le maire ne prend pas son rôle au sérieux, il va être un handicap pour la ville », Dans un ton plus dur, Célestine KETCHA COURTES déplore l’insalubrité qui règne en maitre dans la ville :

« Partout dans la ville, les herbes poussent, même sur le goudron. Les banderoles des activités passées depuis un an sont toujours exposées or, l’exposition des banderoles est une grande source de revenues pour les mairies, ce qui peut générer des emplois. »

Le Délégué du gouvernement a également été interpellé sur l’embellissement de la ville avec des fleurs et la réhabilitation des immeubles sur l’axe et particulièrement à l’entrée de la morgue.

A noter que la responsabilisation des transporteurs par moto taxi et l’encombrement de la voie publique par les vendeurs ambulants restent un épineux problème pour la Communauté Urbaine de Bafoussam.

Flore KAMGA KENGNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here