CAMEROUN : Le Crowdfunding, un creuset d’opportunités pour les PME !

0
628
Spread the love

Le ministère des finances a organisé le jeudi 20 février 2020 dans la ville de Douala, un atelier national sur le Crowdfunding au profit des PME.

Cet atelier national présidé par le ministre des finances, Louis Paul MOTAZE était placé sous le thème « le Crowdfunding, un financement participatif au service des petites et moyennes entreprises (PME) ». Y ont également pris part le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Issa TCHIROMA BAKARY, le ministre de l’agriculture et du développement rural Gabriel MBAIROBE, le ministre des mines, de l’industrie et du développement technologiques Gabriel DODO NDOKE, le ministre des petites et moyennes entreprises et de l’économie social et de l’artisanat Achille BASSILIKEN III, le secrétaire de la région du littoral, KINOU NANA représentant du gouverneur, le directeur de la BEAC nationale, Blaise Eugène NSOM avec une bonne brochette d’universitaires et près de 500 porteurs de projets d’entreprises, de promoteurs des PME et Start-uppers.
Après le discours d’ouverture du ministre des finances, deux exposés ont planté le décor avant les travaux en atelier. Le premier axé sur les enjeux et les défis du Crowdfunding était développé par le Prof Désiré AVOM, Doyen de la FSEG de l’université de Dschang. Il a fait un bref rappel sur ce mode de financement tout en promenant l’auditoire sur quelques expériences réussies dans certaines économies. L’universitaire a aussi précisé que la rareté des ressources et les besoins de financement associés à l’avènement des NTIC ont mis en lumière ce mode innovant qui présente les facilités de réduction de procédures et l’accroissement de leur notoriété. Cependant des contraintes existent et liées à son développement comme l’absence d’un cadre réglementaire, la problématique des coûts d’accès à l’électricité, des infrastructures et à des parts sociales.
Le second exposé portant sur la modélisation d’un schéma pour la réussite du Crowdfunding au Cameroun était modéré par le Prof Georges MEKA ABESSOLO, directeur Afrique du fonds d’investissement agricole , couplé au partage de l’expérience camerounaise en matière de Crowdfunding avec des jeunes tels que Arthur ZANG, William ELONG, Olivier MADIBA, Gilbert EWEHMEH et Achille NGASSAM. L’exposant principal propose un modèle qui s’appuie sur quatre variables qui sont les critères déterminants pour la maturation, les éléments de la gouvernance, de la plateforme du crowdfunding, la mobilisation des fonds et la sélection des projets et secteurs prioritaires (l’agriculture, la technologie, la santé, l’éducation et l’inclusion financière). Il a indiqué que « l’Etat est un acteur principal qui doit réguler et prélever les plateformes sur les flux, financer les PME et garantir les pourvoyeurs de fonds »
Dans la mi-journée, trois sous-thèmes ont meublé les échanges afin d’arrêter une stratégie nationale devant encadrer cette opportunité qui s’offre aux PME. Le premier sur les opportunités et les risques du crowdfunding sous la modération d’Alphonse NAFACK président de l’APECAM (association des professionnelles des établissements de crédit du Cameroun) accompagné de Gilbert EWEGMEH de Yes Cameroun, le deuxième sous-thème sur l’identification des besoins des PME et des porteurs de projets modéré par Mme Marthe Chantal NDJEPANG épse MBAJON secrétaire général du MINPMEESA (ministère des petites et moyennes entreprises et de l’économie social et de l’artisanat) et Jean Marie BADGA DG de l’APME (agence de promotion des petites et moyennes entreprises) et le dernier sous-thème sur les principes directeurs pour l’élaboration d’une politique nationale en matière de crowdfunding modéré par Jean TCHOFFO SG du MINEPAT ( ministère de l’économie de la planification et de l’aménagement du territoire). Il en ressort que de nombreux écuelles constitue un frein ) l’appareillage du crowdfunding au Cameroun d’ou la nécessité pour le gouvernement d’adopter une stratégie lui permettant de suivre le développement du financement participatif au bénéfice des jeunes entreprises.

La séance plénière de restitution a été présidée par Sylvester MOH TANGONGHO directeur général du Trésor, de la coopération financière et monétaire au MINFI a permis de noter le besoin de complémentarité entre les plateforme de crowdfunding et les banques , la garantie et les assurances, la gestion des plateformes, le coût d’accès aux plateforme, la fiscalité, les fonds de garantie pour rassurer les épargnants, le cadre réglementaire et le partenariat Public- Privé. Quelques recommandations la mise sur pieds d’une plate forme global d’échanges. Lever le plafond qui se trouve actuellement à 50Millions, sécuriser les titres e participation en conformité avec le plan OHADA et définir un statut pour les personnes physiques qui interviennent, faciliter l’accès à l’information et trouver les sources potentiels , organiser le secteur et vulgariser les paiements en ligne, instituer une politique fiscale incitative etc.

A propos du Crowdfunding
Terme emprunté de l’anglais qui signifie « financement par la foule » est plus connu sous le terme financement participatif en français, le crowdfunding est un mécanisme de financement permettant de collecter nécessaire à la réalisation des projets auprès des internautes par le biais des plateformes dédiées , et offrant une visibilité aux différents projets des entreprises, des particuliers, des associations ou encore des collectivités locales . il existe trois principaux types de Crowdfunding à savoir le Don avec ou sans contrepartie (l’internaute apporte son soutien financier au projet sans aucune contrepartie), le prêt rémunéré ou non rémunéré (l’internaute apporte un prêt avec ou sans au porteur du projet) et l’investissement en capital ou equity based crowdfunding (la collecte de fonds se fait sous forme de prise de participation ou de souscription d’action au projet ou de la société). En effet, l’Afrique ne représente actuellement que 0,1% de l’activité mondiale. L’Afrique du Sud, l’Egypte et le Nigéria forment le trio de tête sur le marché continental et le Cameroun occupe le 18ième rang. Jusqu’à septembre 2019 c’est 4421 projets qui ont bénéficiés des financements via le crowdfunding au Cameroun pour un montant d’ 1,1 milliards soit seulement 0,74% des fonds levés sur le continent Africain. Le cas le plus retentissant reste celui de la collecte de fonds faite par l’ancien président des USA Barack OBAMA pour le financement de sa campagne électorale. En effet des milliers de personnes ont donnés en moyenne 80 dollars sur internet pour porter cet afro-américain à la maison blanche pour un total de 150 millions de dollars collectés.

Réactions
Louis Paul MOTAZE, ministre des finances.
«C’est une volonté des chefs d’état de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) de 2016 ou encore celui du 22 novembre 2019 à Yaoundé, qui rappelait le rôle important que doit jouer le secteur privé pour la relance de notre croissance. Le problème c’est que lorsqu’on évoque les secteur privé l’on ne voit que les grandes entreprises pourtant il y a les PME, les startups qui ont d’ailleurs un rôle important dans la création des emplois mais le problème demeure celui de l’accès aux crédits, c’est extrêmement difficiles. Au niveau du gouvernement, un certain nombre d’efforts ont été faits et nous pensons qu’un atelier comme celui-ci peut permettre d’amener le financement participatif et avec l’ampleur qu’il prend dans le monde occidental, nous avons pensé qu’il est important de vulgariser ce phénomène et c’est pour cela que nous avons pris en charge la présence de plusieurs PME et porteurs de projets pour qu’ils viennent échanger avec les personnes physiques et morales susceptibles de financer leurs projets. ».

Blaise Eugène NSOM, directeur de la BEAC national.
« j’exprime notre gratitude au ministre des finances, président du comité national économique et financier pour sa forte implication dans l’organisation de cet atelier d’une part, et son soutien à l’équipe chargée de sa mise en œuvre d’autre part. Enfin je voudrais aussi remercier le président et les membres du groupe de travail interministériel pour leur engagement dans l’organisation du présent atelier »

Clément NOUMSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here