CAMEROUN : RARETÉ DE LA TOMATE EN FRUIT, UNE PUNITION POUR LES MÉNAGES!

0
88
Spread the love

Une denrée très prisée des ménages devenue presque invisible dans les marchés. La tomate est de plus en plus rare voire très difficile à s’en procurer sur toute l’étendue du territoire.


Le nom tomate a disparu de la liste d’achat des ménagères. Le fruit se fait progressivement rare sur les étales du fait de sa surenchère. Lui qui était pourtant, le principal élément de décor des marchés camerounais en juin et juillet 2020. À Yaoundé et de Douala, notamment, le cageot se vendait à 1500 CFA et 2000 CFA. Mais depuis le mois d’août, surtout avec la crise sanitaire que traverse le monde entier, ce fruit est devenu de plus en plus chère.

Difficile d’en consommer pleinement comme avant. « On ne peut plus acheter les tomates en fruit, car elles sont devenues très chères sur les marchés. On est alors contraint de faire recourt à la tomate en sachet qui n’est pas assez savoureux avec les produits chimiques qui s’y trouvent ! En plus, l’argent est devenu dur dehors », a confié une ménagère du marché ‘Mokolo’, dans la capitale politique Yaoundé.

Selon un agronome proche de la filiale de production de la tomate en fruit, le produit était moins cher à un moment donné à cause de la surproduction dudit fruit. En plus, l’offre était importante par rapport à la demande. Il faut noter que cette situation était conditionnée par la saison pluvieuse. Passées les fortes pluies, les prix ont explosé.

Le cageot coûte depuis fin août 2020, entre 10 000 FCFA et 12 000 FCFA. La vente au détail a pris elle aussi, un sacré coup. Trois tomates en l’occurrence, sont vendues à 100 FCFA. La fermeture des frontières du fait de la COVID-19 et les restrictions sur la circulation des biens et des personnes, justifient par ailleurs cette hausse des prix de la tomate. « Nous sommes maintenant en difficulté avec cette hausse des prix de la tomate. Quand on essaie d’expliquer aux clients que la tomate est devenue très chères, ils ne veulent rien comprendre. Tu prends un cageot de tomates à 12 000 FCFA, tu n’as même pas de bénéfice ! » , explique une vendeuse.

Face à cette situation, vendeurs et ménagères espèrent retrouver au plus vite leur meilleure denrée alimentaire à des prix raisonnables, pour des plats savoureux et suffisamment colorés !

Agnès DAITIKAO

close

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here