Commission du bassin du lac Tchad : 20 milliards 485 millions 171 mille FCFA pour la mise en œuvre des projets et programmes au cours de l’année 2020.

0
598

Le plan de travail et le budget annuel 2020 ont été examinés et adoptés jeudi dernier à Yaoundé, pendant les travaux de la 65e session ordinaire du conseil des ministres de cette sous-région, que présidait Alamine Ousmane Mey, ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire et 1er commissaire de la commission du bassin du lac Tchad pour le Cameroun.

Les assises étaient essentiellement consacrées à l’examen et à l’adoption du plan de travail et du budget annuel 2020 de la Cblt- la commission du bassin du lac Tchad. Elles ont permis aux 12 commissaires des 6 Etats membres, de plancher sur les actions et moyens à mettre en œuvre pour contribuer à la restauration et la préservation durable du lac Tchad, afin d’accroître la résilience des populations. Le projet de transfert des eaux de l’Oubangui vers le lac Tchad et la stratégie régionale de stabilisation ont été également évoqués.

Le budget annuel de 2020 dont l’enveloppe s’élève à 20 milliards 485 millions 171 mille FCFA permettra de financer les activités courantes du secrétariat exécutif de la Cblt ainsi que les projets et programmes contenus dans le plan de travail qui seront mis en œuvre au cours de la nouvelle année. Ce plan est composé de 5 grands axes à savoir le développement des infrastructures socioéconomiques et des activités génératrices de revenus ; la gestion des écosystèmes et bio ressources dans le bassin ; la revitalisation du lac Tchad ; la gestion et l’amélioration des connaissances et ressources en eau dans le bassin et le développement du cadre institutionnel et opérationnel.

Créée le 22 mai 1964, la commission du bassin du lac Tchad regroupe en son sein le Cameroun, le Tchad, le Niger, le Nigéria, la République Centrafricaine et la Libye. Elle est chargée entre autres de rassembler, d’examiner et de diffuser les informations sur les projets préparés par les Etats membres et recommander une planification des travaux communs et de programmes conjoints de recherche dans le bassin ; de maintenir la liaison entre les hautes parties contractantes en vue de l’utilisation la plus efficace des eaux du bassin ; d’élaborer les règlements communs relatifs à la navigation…

Le secrétariat exécutif basé à N’Djamena et le conseil des ministres en sont respectivement les organes d’exécution et de gestion.

Demetrio WOUASSOM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here