CRISE ANGLOPHONE : UNE VAGUE D’INDIGNATION CONTRE L’ENLÈVEMENT D’UNE JOURNALISTE

0
150

FAME BUHNYUI AYISEH, journaliste à CRTV sud-ouest, a selon sa famille, été enlevée dans son domicile à Buea dans la nuit de samedi dernier. Les auteurs de cette acte qui selon des sources journalistiques demandent 10 millions de francs CFA, restent non identifiés.

Beaucoup se sont tournés vers les réseaux sociaux pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle de la journaliste, FAME BUHNYUI AYISEH. Kidnappée dans la nuit du samedi 13 mars 2021 dans sa résidence Mile 18 à Buea, région du sud-ouest, son enlèvement est considéré comme  une attaque de trop  contre la presse camerounaise en général et contre des journalistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest, touchées par le conflit, en particulier. CAMASEJ (THE CAMEROON ASSOCIATION OF ENGLISH SPEAKING JOURNALISTS)  a déclaré que son enlèvement «est une attaque flagrante et impardonnable contre des journalistes qui ne devraient en aucun cas être la cible d’une partie dans les troubles en cours». Pour sa part, la section sud-ouest du syndicat des journalistes camerounais a condamné l’acte, ajoutant que «tout préjudice causé à un journaliste doit être condamné dans les termes les plus forts».

Toujours selon des sources journalistiques «Les kidnappeurs demandent 10 millions au plus tard à 18h00 aujourd’hui (14 mars 2021 ndlr). Continuons à prier pour sa sécurité. Les kidnappeurs sont soupçonnés d’être des AMBA BOYS ou de petits voleurs à Buea »

Depuis le début de la crise anglophone en 2016, ces attaques ont connu une forte augmentation avec plusieurs hommes de presse kidnappés, enlevés, détenus, torturés et emprisonnés

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here