La Banque européenne d'investissement accorde un prêt d'un montant de 7,4 milliards de FCFA au Cameroun pour sa contribution au capital de l'Agence pour l'Assurance du Commerce en Afrique.

0
76
Spread the love

Un accord y afférent a été signé le lundi 9 Mars 2020 à Yaoundé entre le Cameroun et la Banque européenne d’investissement.

Les documents ont été paraphés par le Ministre camerounais de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey et le Directeur de la Banque européenne d’investissement pour la région Afrique centrale, Nikolaos Milianitis. Cet Accord de prêt d’un montant de 7,4 milliards de FCFA est destiné à la prise en charge de la contribution du Cameroun au capital de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA).

Par cet accord, notre pays devient membre de l’ACA et bénéficiera des opportunités qu’offre cette institution multilatérale visant la promotion du commerce et des investissements en Afrique, tout en favorisant une alternative de financement moins coûteux pour la mise en œuvre des projets de développement.

Réactions
Nikolaos Milianitis, Directeur de la Banque européenne d’investissement pour la région Afrique centrale.
« La Banque européenne d’investissement accorde un prêt à la république du Cameroun d’un montant de 7,4 milliards de FCFA pour que le Cameroun prenne une part dans la société ACA (l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique). Ceci a l’avantage de permettre au Cameroun de bénéficier de toute une gamme de produits de cette agence d’assurance. Elle offre des produits de renforcer le crédit c’est-à-dire que les emprunteurs peuvent avoir à un coût pas très élevé, pas seulement l’Etat du Cameroun mais aussi le secteur privé en diminuant les coûts et allonger la dette publique qui permet à faciliter le service de la dette mais cela facilite le secteur privé étranger donc plusieurs possibilités mais aussi le partenariat Public-Privé. »

Alamine Ousmane Mey, Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire,
« Il est important de rappeler la qualité de la coopération entre la BEI et notre pays qui se traduit par un portefeuille depuis les années 1965 de plus 500 milliards de nos francs. Aujourd’hui il représente ce portefeuille actif de 124 milliards de nos francs et permet d’investir dans les secteurs tel que l’énergie, les télécommunications et dans le domaine du ferroviaire. Si nous pensons que le Cameroun à travers son orientation gouvernementale va vers l’amélioration du cadre d’affaires du développement économique, il est clair que le secteur privé est appelé à jouer un rôle essentiel. Régulièrement il est question de l’insuffisance de l’accès au financement, parce que le risque pris par le système financier est considéré comme un risque élevé à travers le financement que nous apporte la BEI. Désormais le Cameroun devient actionnaire de cette banque en Afrique pour la couverture d’assurance en Afrique ce qui permet aux opérateurs dans le cadre de la couverture de leurs opérations en termes d’investissements le risque commercial, le risque d’investissement, le risque politique de bénéficier donc de cette couverture, ce qui va faciliter et améliorer l’attractivité de ce système financier auprès des institutions internationales. C’est tout le sens de cette opération sur 7,4 milliards. C’est un financement de 0,49% de taux d’intérêts que nous apporte la BEI à savoir des ressources sur une durée de plus de 15 ans va permettre au Cameroun de s’acquitter de cette obligation de partenaire à l’ACA en apportant les 7,4 milliards au titre du capital. Nous voulons dire à ce stade que l’ensemble des instruments que le Cameroun met en place vise à améliorer le climat des affaires, donner les instruments de la qualité du risque auprès de nos différentes entreprises et faciliter la prise de risque tant par les opérateurs à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cette dynamique concertée et cohérente pour transformer notre économie et faire de la marche de l’économie camerounaise vers l’horizon 2035, est une réalité qui construit progressivement et de manière irréversible »

Clément NOUMSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here