Rentrée scolaire : une reprise des classes risquée

4
222
Spread the love

C’est confirmé ! la reprise des enseignements et apprentissages pour les classes d’examens a bel et bien eu lieu ce 1er juin 2020. Le secteur éducatif au Cameroun se donne une mission pour accompagner ces élèves des classes d’examen dans la préparation de leurs différents examens de fin d’année.

Malgré la phase compliquée de la pandémie que vit le Cameroun, les ministres des Enseignements Secondaires et de l’Education de Base ont persisté à maintenir la reprise des classes le 1er Juin prochain. Une décision simple à prendre mais, difficile à accomplir du fait de l’accélération de la transmission du virus dû aux comportements irresponsables de certains d’entre nous. Toutefois, certains élèves ont la conscience tranquille. Ils sont contents de reprendre les cours afin d’achever l’année en beauté. C’est le cas de TAITI Hélène. Elle nous fait comprendre qu’elle avait rangé ses affaires, son sac à dos bien avant ce lundi. Malheureusement ce sentiment de joie n’est pas le même chez d’autres qui se lamentent de leur sort durant cette période des classes. Alice, élève en classe de première au lycée de Ngoa-Ekellé nous donne son avis : « Pour moi c’est pas du tout normal qu’on reprenne les classes face à cette pandémie qui ne fait qu’augmenter ». Une réaction qui se joint à celle des enseignants. L’un du corps enseignant nous répond sous anonymat : « C’est une très mauvaise décision de la part de la hiérarchie. En plus l’année académique a été presque consommée dans la totalité, à quoi bon exposer des vies quand on sait que dans la plupart des établissements le programme est couvert à plus de 80 %. Mieux vaut un mauvais bachelier qu’un bon bachelier mort ! ».

Dans certains établissements, les élèves se sont préparés par le nettoyage des salles de classes afin de faire cours dans un environnement sain et propre. Le gouvernement quant lui a procédé à la désinfection de ces salles et la mise à la disposition des élèves ainsi que de tous les camerounais des masques et des gels hydroalcooliques. Toutes les mesures barrières contre cette pandémie sont prises en compte pour la limitation des éventuels cas de contamination.

La principale préoccupation de la population camerounaise est celle de savoir comment les mesures dites barrières vont effectivement être appliquées dans ces établissements qui vont voir débarquer des milliers de tout-petits et autres élèves du secondaire.

Agnès DAITIKAO

close

4 Commentaires

  1. Bah oui, tout vrai, cela reste une décision difficile à accomplir. Et du coup, on se retrouve dans  »la camerounisation » en se disant:  »Allons seulement » Sinon pourquoi avoir fermé les écoles pour r’ouvrir au moment que la pandémie arrive déjà à son adolescence…Ça semble moins convaincu à mon avis . Mais bon…!
    Comme l’acte s’est déjà trouvé raison de s’établir sur la parole, tout en protégeant cette année scolaire , protègeons aussi des vies!
    Respectons les mesures barrières lorsqu’on peut!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here